Lire l’Instantané #4872


L’Instantané est une analyse de type photographique que la Fédération mène tous les 4 à 5 ans afin d’établir un état des lieux, en l’occurrence, du secteur des Arts en amateur. Celle-ci répond à une demande de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) dans une perspective de lisibilité des opérateurs concernés et de leurs enjeux. Chacun, lorsqu’il aborde ce secteur perçoit un foisonnement de structures, d’acteurs, de personnes, de nuances – parfois subtiles -, de liaisons, d’activités… Tout en se confrontant à cette riche multitude, l’incompréhension peut naître et ne pas directement répondre à cette question : qu’est-ce que ce secteur ?

Ces opérateurs, les Fédérations des pratiques artistiques en amateur, appelées par facilité FPAA, sont liés à plusieurs législations dont le décret du 30 avril 2009 « Décret relatif à l’encadrement et au subventionnement des fédérations de pratiques artistiques en amateur, des Fédérations représentatives de Centres d’expression et de créativité et des centres d’expression et de créativité » qu’ils partagent avec d’autres types d’associations : les Centres d’Expression et de Créativité (CEC) et les fédérations représentatives des CEC. C’est dans cette cohabitation législative que notre Fédération a pris connaissance de l’existence des FPAA. Par la suite, au sein de la Commission consultative de la Créativité et des Pratiques artistiques en amateur (CCCPAA), les commissaires CEC et FPAA ont dû apprendre à connaitre, comprendre et interroger les pratiques des uns et des autres, pour formule des avis pertinents quant à un potentiel agrément. La Fédération Incidence s’est vite rendu compte que les différentes FPAA ne se connaissaient pas forcément bien, voire pas du tout. Par ailleurs, les deux secteurs se déforçaient par l’absence d’un porte-parole identifié et légitime pour les FPAA auprès de l’Administration et du Cabinet. C’est dans ce contexte que la Fédération Incidence, historiquement représentante des CEC, a impulsé des rencontres entre les différentes FPAA afin qu’ils se connaissent, identifient leurs besoins communs et leurs revendications à porter conjointement avec les CEC auprès du Ministère.

Dans un second temps, nous avons, les FPAA et Incidence, étudié la possibilité de créer une structure représentative de l’ensemble du secteur des Arts en amateur ou d’ouvrir les services de la Fédération des CEC, à l’époque toujours nommée Fédération pluraliste des Centres d’Expression et de Créativité (FPCEC). Fin 2018, l’Assemblée Générale de la FPCEC a modifié ses statuts pour permettre aux FPAA d’en devenir membre effectif avec la création d’une Assemblée Générale à deux collèges au pouvoir réciproque et un Conseil d’Administration également mixte. En mai 2019, la FPCEC est devenue Incidence, la Fédération de la Créativité et des Arts en amateur avec ses premiers membres FPAA dans ses instances.

C’est dans ce cadre de mutation vers une fédération représentative de deux secteurs qu’Incidence produit une première analyse du secteur des Arts en amateur.

La pratique artistique en amateur désigne autant l’initiation que la maîtrise confirmée de disciplines artistiques et leurs exercices sans intention lucrative ni de professionnalisation. Cette notion ne fait pas référence aux loisirs dits créatifs ou académiques mais bien au développement culturel des individus et des groupes afin qu’ils puissent inventer et participer à la vie sociale et culturelle de leur région. Ce sont des initiatives citoyennes évolutives et structurées qui sont des acteurs socioculturels complémentaires aux opérateurs tels que les Centres culturels, les Bibliothèques, les Maisons de Jeunes, les Maisons de quartier, les Théâtres…

Complémentaire par leur présence dans les quartiers, les villages, dans des locaux communaux, auprès d’écoles, d’associations citoyennes, de dispositifs sociaux…

Par leurs publics, les groupes des Fédérations des Pratiques artistiques en amateur touchent les petits jusqu’aux personnes âgées, de la personne valide à la personne porteuse d’un handicap, physique ou mental, sans distinction de milieu socioéconomique. Ils stimulent la mixité sociale d’un quartier, d’une région, autour de patrimoines divers.

Par leurs dynamiques participatives et citoyennes qui donnent du sens à nos identités : les personnes s’organisent eux-mêmes autour de leur passion ou avec l’accompagnement d’un professionnel. Ils font groupes, ateliers, troupes, chœurs, sociétés pour apprendre, développer, interroger, appréhender et transmettre des savoir-faire ancestraux ou contemporains au sein de leur cité et par- delà nos frontières.

Par les disciplines développées : de la danse folklorique, de la photographie argentique au numérique, des arts de la parole au théâtre, de la manipulation d’objets aux arts circassiens, de l’expérimentation de sons à la maîtrise d’un instrument ou de sa voix…

Au-delà de savoir-faire transmis, expérimentés et réinventés, les personnes qui prennent part aux activités et projets des Fédérations de Pratiques artistiques en amateur construisent l’Humanité en faisant l’expérience du vivre-ensemble aux côtés d’autres personnes, qu’elles soient leurs voisins, compagnons de projet ou d’autres passionnés. Ce sont ces gens qui participent activement à des évènements et des fêtes populaires, aux hommages et célébrations officielles, à des rendez-vous citoyens, des interventions poétiques et politiques dans les espaces publics, des projets de développement territoriaux spécifiques, des mouvements de sensibilisation sur des thématiques sociétales ou encore à des évènements de promotion et de valorisation de nos politiques culturelles belges.

Cadre des données exploitées
Pour rédiger cette analyse, la Fédération s’appuie sur plusieurs types de données issues d’entretiens non directifs (46% des opérateurs), de conclusions élaborées et avalisées en groupes de travail internes à Incidence (65% des opérateurs), un questionnaire individuel envoyé à tous les opérateurs concernant leur structuration interne (84% des opérateurs). Cet ensemble de données ne comprend pas les données liées à notre Fédération Incidence, qui parfois, pour des raisons de facilité administrative à la FWB se retrouve identifiée comme une FPAA.

Incidence est régulièrement en contact avec 64% des opérateurs du secteur depuis 2017. Pour les autres opérateurs, soit la Fédération ne les connaissaient pas et en avaient très peu entendu parler dans les lieux d’échanges ou de concertation, c’est le cas pour la Fédération des Groupes Folkloriques wallons et l’Union culturelle wallonne. Soit, la Fédération a éprouvé des difficultés à rentrer en contact avec l’opérateur en question, comme pour la Fédération des Cercles photographiques, où l’actuel président subissant des problèmes de santé n’a pas été joignable longtemps.

La récolte via le questionnaire a été entamée fin septembre 2019 et finalisée début décembre 2019 après la signature de la convention Soutien aux FPAA de la FWB spécifiant le travail à fournir.

Les données chiffrées recueillies sont pour certains items des estimations, comme par exemple le nombre d’heures de gestion de l’association ou le nombre de personnes touchées sur une année, certaines associations n’ayant pas encore finalisé leur comptage au sein de leurs affiliés. Cependant ces estimations reposent sur leurs longues expériences et une perception aigüe de leur réalités. Elles amènent des points de comparaison intéressants pour comprendre l’ampleur, la densité et l’intensité du travail fourni par les FPAA.

Seul un opérateur fédérant 5 autres associations, 16% des opérateurs, n’a pas répondu au questionnaire dans le délai imparti. A l’heure décrire ces lignes, l’opérateur doit encore soumettre le questionnaire à son Conseil d’Administration, prévu le 21 décembre 2019. Nous recevrons peut-être ces données mais trop tardivement pour nous permettre de les inclure dans cette analyse.

Comme pour toute recherche de données, il y a eu beaucoup d’allers-retours entre les opérateurs et la Fédération afin d’expliquer la démarche, son intérêt et ensuite parce que certains questionnaires revenaient incomplets, mal complétés, envoyés à un mauvais destinataire (changement au sein des équipes…)…